Echarde ou structure de personnalité

Echarde ou structure de personnalité

Ainsi tout le monde écrit des articles, mais il y a un seul article à écrire qui s’appelle « Comment guérir les patients. » C’est le seul papier qui vaille la peine d’être écrit si vous voulez faire réellement votre travail. » Eric Berne

kirikou-histoire-echarde-Berne.jpg

J'ai partagé sur un e-groupe de coachs (CTReseau) la vidéo de Delphine Lefavrais que j'avais intégrée à un billet sur la notion de pervers narcissique comme une démarche particulière, face à la marée médiatique,  pour sortir de l'idée qu'il existerait des êtres complètement et entièrement incapables d'empathie

Voici le commentaire en retour, dont je ne partage pas la perspective,  et qui pose bien la problématique : pour accompagner ses clients, le psychothérapeute n'est pas au même niveau que le médecin ou le psychiatre.

Connaissant bien le sujet du « Pervers Narcissique », car  accompagnant des femmes qui en sont victimes, je voudrais nuancer ce qui est dit dans cette vidéo. Il y beaucoup d’amalgames faits, véhiculés par les nombreuses représentations mentales, croyances et fantasmes ambiants sur le sujet ainsi qu'une certaine confusion faite entre un comportement  manipulatoire et une structure de personnalité perverse narcissique.

Une petite précision encore, un diagnostic n’est pas un jugement.
Le diagnostic est posé par un médecin ou un professionnel de la relation d'aide.
C’est le raisonnement menant à l'identification de la cause (l'origine) d'une défaillance, d'un problème ou d'une maladie.
Et j’ajouterai que la seule issue possible d’une victime est la fuite. Il n’y a pas de négociation possible.
Car chez une personne perverse narcissique, il y a une "imperméabilité" à l’amour puisque le rapport à l’empathie, dans la relation, est absent.

Je vous propose une autre vidéo qui décrit bien ce qu’est un « Pervers Narcissique ». Vidéo de David Lefrançois

Remarque : Monsieur Lefrançois a supprimé mon commentaire sous sa vidéo. Visiblement, même si l'on reste poli, il modère toute oppsition

Au cours de mes recherches, un peu par hasard, j'ai relu l'introduction du livre de Claude Steiner, Des scénarios et des hommes,  dans laquelle le dernier discours d'Eric Berne est rapporté. Il y raconte une histoire d'écharde ( j'ai tout de suite pensé au conte de Kirikou et la sorcière Karaba, d'où l'illustration )

scenarios et des hommes.jpg

« Pour sortir de la passivité, un autre moyen dont nous disposons (les psychothérapeutes) est de considérer le caractère fallacieux du concept de personnalité totale. A partir du moment où toute la personnalité est engagée (nous demandons), comment pouvez-vous espérer guérir quiconque, en particulier, en moins de cinq ans ?
D’accord. Voici comment : si un homme s’est infecté le talon avec une écharde, il commence par boiter un peu et les muscles de sa jambe se tendent. Afin de compenser cette contraction, les muscles de son dos doivent se tendre aussi, puis les muscles de sa nuque, de son crâne, et il finit par avoir un fort mal de tête. L’infection lui donne la fièvre, son pouls augmente. Autrement dit, il est affecté tout entier, - sa personnalité totale – y  compris sa tête, qui se trouve atteinte aussi. Il peut même développer une obsession à propos de l’écharde et de ceux qui, peut être, l’ont mise sur son chemin. Il passera alors un temps fou auprès des hommes de loi. Toute sa personnalité est concernée.
Puis il appelle un chirurgien. Celui-ci arrive, regarde le type et dit : Bon, c’est sérieux, toute votre personne est atteinte comme vous le voyez. Tout votre corps est malade. Vous avez de la fièvre, vous respirez vite, votre pouls est élevé, et tous ces muscles, là sont tendus. Je pense qu’il faudra environ 3 ou 4 ans – mais je ne garantis pas le résultat - , dans notre profession on ne peut garantir quoi que ce soit – mais je pense que dans 3 ou 4 ans – naturellement cela dépend beaucoup de vous – nous pourrons venir à bout de cette situation. Le patient dit : Bon, euh,o.k., je vous donnerai une réponse demain. Et il va voir un autre chirurgien et cet autre chirurgien dit : Oh ! votre talon est infecté par une écharde. Il prend une petite pince et retire l’écharde, et la fièvre baisse, le pouls ralentit, les muscles de la nuque se décontractent, puis les muscles du dos se relâchent et enfin les muscles du pied. Le type revient à la normale en 4 ou 5 heures, peut-être moins.
Voilà comment la thérapie se pratique, exactement comme si vous trouviez une écharde et la retiriez. Il y a des tas de gens que cela rend furieux, qui prouveront que le patient n’a pas été complètement analysé. Cela ne se fait pas de dire : « o.k.  docteur, combien de patients avez-vous complètement analysés ? » parce que la réponse serait : « Etes-vous conscient de votre agressivité ? » Ainsi tout le monde écrit des articles, mais il y a un seul article à écrire qui s’appelle « Comment guérir les patients. » C’est le seul papier qui vaille la peine d’être écrit si vous voulez faire réellement votre travail. »

 

Lire aussi